• Garage en bois suite : le montage

     

    Montage et finitions.

     
     

    Premier jour : l'assemblage. 

    Le soleil est au rendez-vous alors on passe aux choses sérieuses.

    Une couche de produit d'étanchéité sur le premier bois qui sera en appui sur le mur et on colle le compribande.

     

     

     

     

      

     

      

    On pose les premiers bois pour le positionnement.

    Astuce : pour réaliser l'équerrage sans être embêter par les ouvertures des portes, j'ai posé des longueurs entières, provisoirement bien sur, afin d'obtenir des diagonales parfaites.

     

     

     

     

     

     

     

    L'équerrage réalisé on passe à l'encrage à l'aide d'équerres spitées dans le béton et vissées sur le bois.

    Poser 4 équerres dans les angles, de chaque coté des ouvertures en laissant la place pour les encadrements de portes et au milieu des murs.

    Astuce : avant de mettre les équerres au milieu des murs, vérifier l'alignement de ceux ci à l'aide d'un cordeau pour corriger le bombé. J'ai corrigé ainsi un bon centimètre sur le mur plein et plus de deux centimètres sur le mur avec la porte de service.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après avoir retiré les longueurs provisoires, il ne reste plus qu'à emboîter les madriers qui ont déjà bien travaillés.

    Astuce : rajouter des lisses (petites planches de 10x2x240 cm à recouper selon la hauteur) au milieu des murs et visser chaque madrier, cela empêche que les bois cintrés ne provoquent un mauvais assemblage. Ces lisses resteront définitivement en place.

     

     

     

     

    Petite correction : les madriers finissent par séchés, les lisses empêchent le tassement ce qui provoque des écartements entre les madriers. J'ai dû les enlever pour resserrer les murs, plus de 2,5 cm de hauteur perdue.

     

    Là... mauvaise surprise !

    Il manque 4 longueurs entre la porte et la fenêtre.

    Bref bien vérifier lors du déballage qu'il ne manque pas d'élément. Et si comme moi vôtre tête vous joue des tours recompter à deux fois clown

     

     

     

     

     

     

     

    Sur la notice il était indiqué qu'un madrier supplémentaire de 5 m était fournis.

    Après vérification et trois re-comptages des bois, il y en avait bien un de plus et heureusement suffisamment long.

    Donc passage à la scie pour transformation en 4 morceaux de 102 cm et lasure sur les tranches.

     

     

     

     

     

    Voilà la journée se termine, objectif atteint, l'ossature est terminée. Une petite frayeur en cours de route et on a eu de la chance

    Demain c'est la toiture :)

     

     

     

     

     

     

     

     

    Deuxième jour : le toit.

    Pour la pose du lambris on suit l'alignement du faîtage, les petites différences de longueur en bas de pente seront cachées par le papier bitumé.

    Astuce : visser les premiers lambris sur les dépassées de toiture qui sont plus à l'humidité. Le reste est cloué.

    Selon la nature du lambris, il vaut mieux marcher au dessus ou à proximité des pannes.

     

     

       

    Attention : 3 rouleaux de papier bitumé sont fournis, deux de 12 m et un de 10 m légèrement différent sera pour le faîtage.

    Couper les longueurs de papier bitumé en laissant de la marge. Mesurer et tracer au cordex l'emplacement des bandes. Clouer tous les 10 cm.

    Il est préconiser un recouvrement d'au moins 10 cm, après calcul je peux faire des recouvrements de 20 cm en laissant dépasser de 10 cm en bas de pente.

     

     

     

    Troisième jour : les finitions.

    Couper ensuite le papier bitumé au raz des bandeaux, poser les baguettes parvent dessus.

    Pour replier le papier bitumé sous la dépassé, chauffé le légèrement avec un chalumeau cela facilite le pliage et évite de le craquelé. En été cela doit se travaillé plus facilement.

    Reste plus qu'à visser la baguette dessous et j'ai préféré la vissé en retrait et non au raz comme indiqué sur la notice. Ainsi elle n'est pas en contact avec l'eau, on retrouve ici l'utilité de la dépassée de 10 cm en bas de pente.

     

     


    A l'intérieur on pose les quatre parvents sur les deux pignons. Ici on peut voir les deux ce chaque coté de la double porte. 

    Astuce : fixer le parvent sur le pignon triangulaire pré-monté au dessus du linteau car c'est le dernier élément d'assemblage sur les angles des murs. Ne pas le coler trop près dans l'angle sous peine d'être coincé avec le toit.

     

     

      

     

     

    Alors là, il faut encore être bricoleur !!!

    Impossible de monter le loquet du haut de porte sans y rajouter une cale qui n'est pas fournie bien-sur.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour le loquet du bas le problème ne se pose pas dans mon cas puisque j'ai opté pour un seuil en béton.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour la pose des portes et l'emplacement des charnières, mettre une cale de 5 mm sur les cotés et en haut. Le système de charnière permet le réglage latérale une fois monté mais pas en hauteur. Donc il est important de bien positionner l'ensemble sur la hauteur.

    Bilan : un jour pour posé l'ossature, un jour pour le toit, une petite journée pour les finitions.

    Les journées étant courtes, la nuit tombe à 17h30, en été on peut facilement réaliser le montage en 2 jours.

     Il était temps la pluie est de retour !

     

    Retour à l'accueil 

    « Garage en bois : projet et maçonnerieHousse pour panier à bois »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :