• Honda 600 Transalp 1987

    Honda 600 Transalp de 1987

    Dernière acquisition, un bon vieux Honda 600 Transalp de 1987 avec une fourche modèle 96 à double disque pour un meilleur freinage cool

    Elle vient juste de fêter ses 30 ans et elle mérite une bonne cure de jeunesse.

    Après avoir quelque peu conseillé son propriétaire sur les étapes pour une remise en service, j'ai pu l'essayer et voir le potentiel de ce 600 Transalp, caché sous cette peinture défraîchie. Même si j'ai pu détecter un comportement "spécial" du train arrière, j'avais ma petite idée sur l'origine du problème.

    Alors autant dire que j'étais désireux de la reprendre.

    Mais cette beauté cachée allait me réserver quelques surprises...

    Vidange de liquide de frein av, nettoyage tambour arrière, vérification des roulements de roues, réglages des soupapes, vidange du liquide de refroidissement, ça c'est fait . La synchro des carburateurs sera pour plus tard car je dois étudier une solution sans dépressiomètre .

    On commence dans les surprises... la batterie est finalement hs et est bonne à changer...

     

     Voulant en profiter au plus vite je me concentre sur l'aspect fonctionnel, tel que les commodos qui forcent un peu. De toute manière l'aspect vieilli du plastique ne me plais pas beaucoup donc une double raison pour s'y atteler.

    Pas trop de surprise, des nids (en terre) de guêpes maçonnes bloquent le système des clignotants. Rien de cassé, un bon nettoyage devrait suffire.

     

    Alors, pour ceux qui veulent se lancer dans ce démontage, armez vous de patience et prenez le temps de bien noter la position de toutes les pièces et câblages.

    Après un bon nettoyage et un peu de peinture, les commodos ont retrouvé leur fonctionnalité et un peu de brillance, un petit coup de rouge sur les boutons viendra parfaire cette rénovation.

    N'ayant pas reçu ma batterie, je branche une batterie de voiture pour tester le circuit électrique. Tout fonctionne à pars la commande d'appel de phare... hum... pas le courage de redémonter le commodo juste pour ce petit problème sachant que je ne l'utiliserais peut-être jamais. La commande code/phare fera parfaitement l'affaire...

     

     

    Le pneu avant étant à changer, je décide à la finale de changer le train complet en testant un concurrent du Sirac.

    Je l'ai fait moi même mais pour le prochain train j'irais au garage, j'ai passé l'age de jouer du démonte pneu. 

     

     Je m’attelle aussi dans la réfection du porte plaque ainsi la nouvelle sera posée sur du propre et je n'aurais pas à la redémonter.  

     Après le sabot moteur manquant, ce qui me chagrine le plus, c'est le pot d’échappement d'origine. La couleur terre avait remplacé le noir sur tout le silencieux et l'une des sorties chromées... bah... ne l'était plus vraiment.

    N'étant que purement esthétique, j'ai utilisé une peinture style chrome qui rend pas trop mal le temps de ne trouver que ce cache chromé... mais cette trouvaille semble être compromise. Le pot à été repeint à la peinture thermique après un gros nettoyage.

     

       

    Voulant traiter les petits points de rouille, j'entreprends le démontage du réservoir. Rien de bien méchant non plus pour une moto de cette age là. Quelques traces de frottement de la scelle, jusque là... normale, et quelques petites tâches de corrosion.

    La surprise étant aussi grande que mon dépits, j'en ai même pas pris de photo : une auréole d'essence apparaît, lors du ponçage, autour d'un minuscule, infime, ridicule point de rouille pas plus gros qu'une tête d'épingle sur la partie basse (sous la scelle). Je craignais les gros points de corrosion, ce sera le plus petit le plus méchant !

    Solution : changer le réservoir par un d'occasion qui risque d'être dans le même état ou... utiliser une résine spéciale pour la réfection intérieure de réservoir à essence... bon vous aurez compris mon choix...

    Le temps de me procurer la résine, faire le traitement et attendre pour le séchage (8 à 15 jours), j'ai largement le temps de passer aux choses un peu plus sérieuses sur le lifting 

    30 ans pour une peinture c'est bien ! mais le temps à fait son oeuvre et laisse apparaitre les stigmates d'une vie bien remplie.

     Le vernis à bien joué son rôle en protégeant la peinture mais aujourd'hui il n'est plus que l'ombre de lui même.  

    Le vernis ici aussi s'écaille et part en plaque. Magré tout, je suis vraiment surpris par le "bon état" des Stickers d'origines. Quelques éraflures, là ou la moto a rencontrée des obstacles, mais aucun signe de décollement.  

    Je vous le dis de suite...

    sans décapeur thermique bonjour la galère pour enlever ces autocollants vinyle.

    Même avec le décapeur cela n'a pas été simple.

    A défaut un bon sèche cheveux bien puissant peut peut-être faire l'affaire, c'est à tester.

     

     

     En plus il me faudra réparer la cassure du flan droit, résultat de la dernière chute du vendeur.  

     Stickers d'origine garantis 100% indécollable.

    Un vrai jeu de patience ouch

    On peut voir la bosse du réservoir que je réparerais au syntho.

     

     Photo souvenir des pressions avant le grand ponçage.

    Comme je le soupçonnais lors de l'essai, un roulement du bras oscillant est trop marqué, je vais donc devoir les changer.

     

     L'amortisseur n'étant pas très beau, je vais voir ce que je peux y faire.  

       

    Surprise supplémentaire...

    le pivot (ou balancier) ne bouge quasiment pas autour de l'axe de l'amortisseur, j'arrive difficilement à le faire tourner d'un ou deux centimètre. Ahhh voila la cause du comportement "spécial" que j'avais détecté.

    L'axe du pivot d'amortisseur est grippé dans son pallier en bronze.

    Les deux autres axes montrent des signes de fatigue mais pas au point de devoir les changer. Les joints spi (cache poussière) sont bons pour être remplacé

    J'ai procédé à une réparation de fortune pour le rendre fonctionnel. Je crains de devoir passer par un concessionnaire pour commander les pièces car elles sont difficilement trouvables.

    J'y reviendrais plus tard...

    Je commence donc le lifting sur les flans arrières. Cela ne se passe pas trop mal et les zones de peinture/vernis d'origine non décapées ne posent pas de problèmes pour la repeinte.

    J'y applique les stickers trouvés sur le web puis je les noierais avec le vernis.

    Ça y est ! la résine est appliquée dans le réservoir, il ne me reste que 8 à 15 jours pour finir la cure de jouvence.

    Ce petit teint "ambre" dans le fond est la partie visible de l'application.

    La résine étant faite (après dégraissage et phosphatant) je décide de m'occuper de la bosse, au sintofer. 

     Content du résultat, même à contre jour, le reflet ne montre aucun défaut, bon je m'y suis repris à 3 ou 4 fois en m'aidant de l'apprêt.

     Le bras oscillant est enfin poncé, je vais pouvoir monter les roulements neufs avant la peinture.

     Ayant remarqué que de la rouille s'était formée dans la partie centrale du bras, j'injecte un antirouille par les trous (obligatoires) laissés lors de la soudure que je boucherais à l'aide d'une colle époxy. 

     

    Inspiration prise sur le modèle 89-92, j'opte pour un 2 tons suivant la courbure du réservoir.

    Un liseret or viendra cacher les irrégularités de la démarcation.  

     

    On comprend mieux la raison du liseret or...

    Ici, les puristes verront la différence avec le vrai modèle de décalcos de 89-92.

     Aie aie... l'amortisseur est déjà remonté et j'ai oublié de le prendre en photo.

    Bon, j'ai refais la peinture de la partie centrale et bien nettoyé le ressort.

    J'aurais tendance à dire qu'il est plus que fatigué... voir même bon pour être changé après le test fait sur le vérin.

    J'attends de voir ce que cela donne en test routier...

     Cerise sur le gâteau, un petit support "maison" pour y coller l'assurance.

    Fini le garde-boue endommagé.

    Voilà le résultat final...

    rien à voir n'est-ce pas ?!!! 

    A la finale, la peinture m'aura posée quelques problèmes de réactions avec les résidus de celle d'origine. Donc même si cela ne se voit pas sur les photos, la peinture n'est pas parfaite mais je suis très content du résultat plus que raisonnable.

     Maintenant qu'elle est sur ses roues, je vais pouvoir faire la vidange d'huile dès que le moteur aura tourné un peu et qu'il sera chaud.

    Encore 2-3 broutilles à faire, fignolage du tableau de bord, peinture sur protection du pot, nettoyage des ailettes coté droit et surtout ... attendre que la résine du réservoir soit bien sèche avant de faire le plein.

     J'attendrais d'avoir roulé un peu pour juger l'état du moteur (carburation, chaînes de distribution, soupapes...) et du comportement routier (amortisseur ar et fourches av, frein...). Sur nos routes Ardéchoise je serais vite fixé intello

     Autre surprise ...

     Premier essais après avoir mis de l'essence, impossible de démarrer, il n'y a pas d'allumage.

    Dans le doute je démonte le contacteur que j'ai restauré, il fonctionne aie !!! cela vient d'ailleurs.

    Je trouve une cosse dans un bornier du faisceau un peu noire et qui semble avoir chauffée, je la remplace et le moteur démarre. Ouf !!! ça va. 

    Je me change, casque sur la tête, près pour le test... impossible de démarrer à nouveau Grrrrr !!!

    Re-contrôle du faisceau... le problème se trouve au niveau des CDI (le point faible sur ce modèle). Vu qu'elle fonctionnait jusque là je pense alors à un fil sectionné. Je regarde de près tous les fils arrivant aux CDI et je ne trouve rien d’anormale.

    Je fini par trouver la source du mauvais contact, le connecteur du CDI de gauche. Pas les fils du faisceau comme je pensais mais le connecteur en lui même.

    Pfff je suis bon pour une réparation des CDI...

    A l'aide d'une scie ou d'un Dremel, entailler l'arrière à 2 mm du bord de chaque côté.

    Le plastique dur fait environ 1 mm d'épaisseur et la matière type colle caoutchouc environ 2 mm. Attention à la profondeur pour ne pas entailler les soudure ou pire... le circuit.

    Décoller le couvercle.

     

     Premier boîtier terminé je m'attaque au 2eme.

    Même si il semble ne pas poser de problème, je veux quand même refaire les soudures surtout s'il est dans le même état que le premier.

    On recommence à arracher petit à petit cette colle caoutchouc ... la galère !!!

     

    Bien nettoyer pour éliminer les résidus car ils seront gênant pour les soudures.

    Sur le premier, une soudure du connecteur avait cassée, comme beaucoup d'autres aussi.

    Celui-ci semble mieux mais ...

     

     En regardant de plus près à l'aide de loupe oculaire je découvre quand même quelques problèmes de soudure comme la flèche l'indique.

    Vous constaterez que j'ai volontairement gratté le vernis autour des soudures du connecteur et quelques autres (plan de masse) qui sont plus sensibles à la cassure. Ainsi la soudure sera plus importante et plus solide.

     Pour les initiés, une soudure de ce type se reconnait facilement. Quasi impossible à voir à l’œil nu il est impératif de s'équiper d'une bonne loupe.

      

     Les soudures sont finies, on peut voir que j'ai choisi de souder les pattes des composants ensemble lorsqu'elles étaient sur le même contact, d'où les soudures en longueurs.

     

     

     Pour fermer les boîtiers, je colle les couvercles à l'aide d'un joint siliconé sur les contours.

    Je ne comble pas volontairement toute la surface, dans l'éventualité d'un futur re-démontage ...

     

     Cette réparation n'est à envisager que si vous êtes à l'aise avec le fer à souder. Petites soudures, prise difficile dans certain cas à cause des résidus, bulles lors de la soudure ...

    C'est bien dommage qu'un constructeur tel que Honda utilise des circuits imprimés d'aussi mauvaise qualité. Trous trop gros, pastilles trop petites et surtout non étuvés !!!

    Ne vous étonnez pas si vos soudures bulles, c'est le résultat de l'oubli de l'étuvage, préférez utiliser une température plus basse sur votre fer à souder entre 250 et 300 °C

    Les soudures sur les circuits non étuvés ont plus facilement tendance à casser à cause des gaz s’échappant lors du soudage et provoquant des bulles dans la soudure.

    Tout s'explique ... je comprends mieux pourquoi les CDI sont le point faible sur les Transalp.

    Je fini par tout remonter et je test ... démarrage au quart de tour intello

     La suite ... quand j'aurais pris le temps ... et que le temps sera de la partie ... 

    Première semaine ...

    Bref "rodage" sous la pluie ...

    Deuxième semaine ...

     

     

     

    « Pré-filtre pour récupération d'eau de pluie
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :